les-mots-parleurs-bourgogne

les-mots-parleurs-bourgogne

Le Commissaire Bordelli - Marci Vichi

1 appréciations
Hors-ligne
Petite critique envoyée par Jocelyne à l'Ecritoire!

Enquête en noir et blanc
 
Il fait chaud. Tellement chaud en cet été 1963 à Florence.
 
Le commissaire Bordelli dégouline de sueur, même la nuittombée. On étouffe dans la vieille ville, qui s’est vidée de ses
habitants.  Le temps semble s’êtrearrêté, « en ce pays ivre de rêves qui croit en la Fiat 1100 ». Il faut
pourtant que Bordelli s’occupe de la mort de cette vieille dame asthmatique,
découverte morte en travers de son lit. Et de ses neveux, assez pressés
d’empocher leur héritage. Il mène donc l’enquête. Avec Piras qui est le fils
d’un de ses compagnons d’arme. Avec Diotivede, le vieux médecin légiste qui connaît
tout de la mort… et de la vie. Avec Dante, le frère de la morte, absurdement
génial ou Botta, cuisinier hors pair grâce à ses séjours en prison.
 
Bordelli traverse une Florence écrasée de chaleur au volantde sa Coccinelle VW, hanté par les souvenirs de la guerre, à la fois ironique,
nostalgique et un brin désespéré. La misère est encore partout en Italie, où
les touristes français viennent pour acheter « pas cher », où les fascistes se
sont recasés à la Démocratie chrétienne, où l’on peut encore payer un
fonctionnaire à rédiger des rapports que personne ne lit (page 72 à 75 ! Un
moment étonnant dans cet ouvrage d'à peine plus de 200 pages)…
 
Alors, oui, c’est un roman policier. Au sens classique duterme : un commissaire de police fait une enquête pour découvrir la cause de la
mort d’une vieille femme. Mais on est surtout chez Rocco et ses frères, ou dans
certaines scènes de la Dolce Vita. Ambiance en noir et blanc, sentiment aussi
d’une époque, de classes sociales  quidansent sur un volcan.
 
C’est le premier opus traduit en français de Marci Vichi.L’auteur, qui approche de la soixantaine, et à qui l’on doit une dizaine de
romans, deux recueils de nouvelles et plusieurs scénarios, a été classé dans
les meilleurs romanciers italiens de la décennie par le Corriere della Sera. Le
Commissaire Bordelli (traduit de l’italien par Nathalie Bauer)a d’abord été
publié en mars 2015 chez Philippe Rey (17 €). Il sort en 10/18 le 17 mars (7,10
€).
 
Jocelyne Remy

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 781 autres membres