les-mots-parleurs-bourgogne

les-mots-parleurs-bourgogne

Compte rendu du Comité de lecture du 28 novembre 2015 à L'Ecritoire

Toutes nos excuses  pour ce changement de date, ce qui a conduit à une rencontre très limitée puisque nous n'étions que 3 lectrices à ce dernier Comité de Lecture : Geneviève Levêque, Valérie Delbore et Maïté Laureau. Nous avons ainsi débattu de nos lectures respectives autour d'un thé ou chocolat bien chaud dans un bar de la rue piétonne.

 

Voici quelques titres de livres lus dernièrement  et qui, d'une manière générale, ont été appréciés et qui donnent envie de les lire :

" Les Prépondérants" de Hedi  Kaddour : Grand prix du roman de l'Académie française 2015 : Au printemps 1922, des Américains d'Hollywood viennent tourner un film à Nahbès, une petite ville du Maghreb. Ce choc de modernité avive les conflits entre notables traditionnels, colons français et jeunes nationalistes épris d'indépendance. Raouf, Rania, Kathryn, Neil, Gabrielle, David, Ganthier et d'autres se trouvent alors pris dans les tourbillons d'un univers à plusieurs langues, plusieurs cultures, plusieurs pouvoirs. Les Prépondérants nous entraînent dans la grande agitation des années 1920. Les mondes entrent en collision, les êtres s'affrontent, se désirent, se pourchassent, changent.
L'écriture alerte et précise d'Hédi Kaddour serre au plus près ces vies et ces destins. Passionnant

 

"La vie de Jude, frère de Jésus" de Françoise Chandernagor : C’est en historienne avertie, qui maîtrise parfaitement ses sources, que Françoise Chandernagor nous transporte dans la Judée du premier siècle. Usant d’une langue aux accents bibliques, tour à tour concrète ou poétique, elle nous donne à voir, par les yeux du frère de Jésus, un monde déchiré dans lequel l’annonce du Royaume le dispute à la tentation de l’Apocalypse.

Le parti pris d'écriture rend parfois la lecture "lassante" par les répétitions, mais la richesse historique est telle que l'on se passionne pour ce récit de sa vie, supposée.

 

" Soudain seul " d'Isabelle Autissier : Un couple de trentenaires partis faire le tour du monde. Une île déserte, entre la Patagonie et le cap Horn. Une nature rêvée, sauvage, qui vire au cauchemar. Un homme et une femme amoureux, qui se retrouvent, soudain, seuls.
Leurs nouveaux compagnons : des manchots, des otaries, des éléphants de mer et des rats.
Comment lutter contre la faim et l'épuisement ? Et si on survit, comment revenir chez les hommes ?
Un roman où l'on voyage dans des conditions extrêmes, où l'on frissonne pour ces deux Robinson modernes.
Une histoire bouleversante.

 

"Camille mon envolée" de Sophie Daull : Dans les semaines qui ont suivi la mort de sa fille Camille, 16 ans, emportée une veille de Noël après quatre jours d'une fièvre sidérante, Sophie Daull a commencé à écrire. Écrire pour ne pas oublier Camille, son regard "franc, droit, lumineux", les moments de complicité, les engueulades, les fous rires; l'après, le vide, l'organisation des adieux, les ados qu'il faut consoler, Écrire pour rester debout, pour vivre quelques heures chaque jour en compagnie de l'enfant disparue, pour endiguer le raz de marée des pensées menaçantes.
Un récit bouleversant, authentique, superbement écrit et, parfois même, drôle.

Rumeur unanime et admirative autour de ce texte splendide

 

"Marie Antoinette " de Stefan Zweig : ou la réhabilitation de Marie-Antoinette.
Une écriture riche et haletante qui nous conduit dans l'antichambre de la reine à l'époque du déclin royaliste

Un pur chef d’œuvre, sous sa plume légère, profonde et spirituelle tout semble évident et tout paraît clair.

 

"Les adieux à l'Empire" d'Olivier Barde-Cabuçon : Au début du XIXe siècle, à l’issue d’un combat sanglant, quatre personnages se jurent amitié et fidélité ; trois hommes d’armes et une femme. Les quatre amis vont, entre France, Russie, Italie et Égypte, se retrouver autour des mêmes ennemis ou des mêmes histoires passionnelles.

Roman narratif, picaresque et épistolaire, entre Alexandre Dumas et Umberto Ecco, ce livre pousse sans relâche les personnages à la recherche d'eux-mêmes. Comme l'Empereur a coutume de le dire : " A la guerre comme en amour, pour en finir il faut se voir de plus près"

 

" Les Autres" d'Alice Ferney : c'est l'histoire d'un jeu de société à caractères psychologiques : A tour de rôle, les joueurs posent des questions à un des joueurs, "Qui est ici la personne la plus capricieuse ?" A qui autour de cette table feriez vous le moins confiance ?"
Un jeu auquel il faut savoir accepter les reproches.

Une multitude de thèmes seront, ainsi, abordés au cours de récit, et ce de manière très subtile et délicate. Le lecteur se laisse porter de chapitre en chapitre par la magie des mots si bien choisis.

 

 

Prochain rendez-vous du Comité de lecture

Samedi 30 janvier 2016 à 14h30

A la Librairie de l'Ecritoire

 



16/12/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres