les-mots-parleurs-bourgogne

les-mots-parleurs-bourgogne

Compte rendu du Comité de lecture du 19 novembre 2016 à L'Ecritoire

COMPTE-RENDU DU COMITE DE LECTURE

DU 19 NOVEMBRE 2016

 

Etaient présents : Jocelyne Rémi, Geneviève Lévêque, Roselyne Rouot, Valérie Delbore, Maïté Laureau

Cécile Rémi se partageait entre la librairie et notre réunion.

 

Tout d’abord nous avons passé en revue quelques prix littéraires,  certains ayant déjà été lus par nos lecteurs :

-          - Prix Goncourt des Lycéens :"Petit Pays" de Gael Faye : roman sur l'identité, sur l'exil et la guerre, comme sur la perte de l'enfance. La perte de l'innocence

-          Le choix de ce prix est fait par des lycéens à partir des 13 livres choisis pour le prix Goncourt. La finale se passe à Rennes, le jury étant composé de délégués venant de chaque région

-          - Prix Médicis :"Laetitia" de Yvon Jablanka : essai sur la réflexion et l'analyse sur le sujet du livre

-          - Prix Renaudot : "Babylone" de Yasmina Reza : l'histoire d'une fête bourgeoise qui tourne au drame à cause d'un banal malentendu. Une variation sarcastique sur la solitude, le couple, l'abandon.

-          - Prix inter allié : "Repose-toi sur moi" de Serge Joncourt : Cet auteur magique et malicieux sait comme personne évoquer la vie contemporaine et ses contradictions, les peurs sociales et la beauté des âmes.

-          - Prix Femina :" Le Garçon" de Marcus Malte : itinéraire d'une âme neuve qui s'éveille à la conscience au gré du hasard et de quelques nécessités, ponctué des petits et grands soubre-sauts de l'Histoire, Ce livre est un immense roman de l'épreuve du monde.

-          - Prix Goncourt : "Chanson douce" de Leïla Slimani : elle confirme son talent narratif et    incroyablement féroce, deuxième roman uppercut contant la dérive délirante d'une nounou meurtrière ». Pas évident à lire.

 

Quant aux autres livres sortis ces derniers temps, beaucoup d'avis, parfois différents mais

toujours intéressants à discuter :

-          " Ecoutez nos défaites" de Laurent Gaudé : Un roman inquiet et mélancolique qui constate l'inanité de toute conquête et proclame que seules l’humanité et la beauté valent la peine qu'on meure pour elles. Méditation romanesque sur l’Histoire, la folie humaine, l’orgueil et la défaite. Pas évident à lire, apparemment : l'abandon du livre est fréquent …

-          "Désorientales" de Négar Djavadi : Un récit qui évoque l'Iran des années 1970, la France d'aujourd'hui, l'exil, l'homosexualité, l'identité et la transmission.

-          "Continuer" de Laurent Mauvignier : Tout en empathie et en intelligence, Mauvignier signe un grand livre sur l'amour maternel.

-          " L'Archipel d'une autre vie" d'Andreï Makine : Élu depuis peu à l’Académie française, Andreï Makine continue à explorer les tréfonds de l’âme humaine avec élégance en nous offrant une mystérieuse chasse à l’homme. Un puissant récit d'aventures métaphysique.

-    "Cannibale" de Régis Jauffrey : Ce roman épistolaire, est une sorte de Liaisons dangereuses    déglinguées où la Merteuil et la Tourvel voudraient bouffer Valmont. Le style est d'une grande richesse avec de nombreuses métaphores, le ton est direct, incisif.

-          "Indigo" de Catherine Cusset : Trois personnages en quête d'eux-mêmes, cherchant à donner un nouveau sens à leur vie, se retrouvent en Inde, dans le Kerala. Un roman agréable avec une écriture fluide, un livre choral sans rien d'académique.

-         « Comment tu parles de ton père » de Joann Sfar : Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir et un père comme André Sfar. Ce livre pudique, émouvant et très personnel, est le Kaddish de Joann Sfar pour son père disparu. Entre rire et larmes.

 

En dehors de ces auteurs connus et reconnus, voici quelques titres qui méritent d’être signalés :

-          "Le détecteur des salopards" de Didier Barbet : A l'occasion des prochaines élections, un inventeur met au point un appareil capable de détecter les salopards. On retrouve ici l'imagination et l'humour caustique de l'écrivain, en pleine période électorale…

-           "Anguilles sous roche" d'Ali Zamir : . Prix Sanghor 2016

Quelque part dans l'océan Indien, une jeune femme se noie. Ses forces l'abandonnent mais sa pensée, tel un animal sur le point de mourir, se cambre : dans un ultime sursaut de vie et de révolte, la naufragée nous entraîne dans le récit de sa vie... Roman aussi étourdissant qu'envoûtant, un miracle littéraire

-          "Un chien de caractère" de Sandor Maraï : C'est une petite boule de poils qui gambade et aboie. Il n'est pas beau mais semble avoir de l'esprit et bientôt, grâce à ses maîtres, de bonnes manières. Sandor Marai, un des plus grands écrivains hongrois du XXe siècle, analyse les mœurs de la bourgeoisie de son époque avec une ironie réjouissante. Drôle, subtil, élégant et incisif,

 

Et puis une petite pensée pour un poète, bien connu dans notre région :

-"Lieuse" de Pascal Commère : il mène le lecteur à la rencontre de personnalités que la campagne a façonnées : cultivateurs, éleveurs, bûcherons. En témoin empathique, il permet de faire exister ceux qui sont condamnées à la disparition, à force d'inactualité.

Prochain Comité de lecture : le 14 Janvier 2017 à 14h30

     A la librairie de l'Ecritoire à  Semur en Auxois

 

 



28/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 781 autres membres